La fabrication des globes terrestres en détails

La fabrication des globes terrestres en détails

Des premiers globes terrestres connus à ceux que nous connaissons aujourd’hui, beaucoup de choses ont changé dans leur processus de fabrication. En effet, si nous disposons de technologies 3D, de moulages et de données fiables, ce ne fut pas le cas à une époque où le papier, le bois et le plâtre furent les principales matières utilisées dans leur fabrication. Cependant, nous verrons dans cet article que des globes comme ceux offerts à Louis XIV qui mesurent plus de 4 mètres ont nécessité des techniques bien spécifiques et très coûteuses. Il faut savoir également que l’évolution des processus de fabrication a également influencé la cible de consommateurs à qui s’adressaient ces objets. En effet, si les globes terrestres sont aujourd’hui très courants dans nos espaces de vie et accessibles à tous les portes-monnaies, ceux-ci ont été destinés à des personnes plus aisées durant de nombreuses années. Pour illustrer ces propos, un globe de 16cm réalisé par Coronelli au 17ème siècle valait 31 livres vénitiennes soit environ 37 euros aujourd’hui. Bien que cela puisse paraître faible, les revenus de cette époque ne permettaient pas à chacun de s’offrir ces types d’objets.

LA FABRICATION DES PREMIERS GLOBES TERRESTRES

Les globes terrestres de Martin Behaim

Les origines connues des globes terrestres reviennent au globe réalisé par Martin Behaim en 1492. Il faut savoir que le globe de Behaim n’avait pas pour ambition d’être le plus qualitatif, celui-ci ayant été réalisé à titre publicitaire dans le but de financer le prochain voyage en Chine du fabricant de globes. Fabriqué en plusieurs couches de papiers collées qui auront été recouvertes de plâtre (9 couches pour arriver au résultat souhaité), le globe été ensuite doublé de parchemin sur lequel Behaim a ensuite peint la cartographie terrestre connue de l’époque. Bien que le globe fût réalisé d’une façon rapide et aux moindres frais, celui-ci résulte tout de même d’une expérience qui laisse penser que bien que ce globe soit le plus ancien connu, Behaim ne devait pas en être à son premier globe. L’utilisation du parchemin à la place du papier pour peindre le globe se justifie par le fait que le parchemin est une matière qui est moins poreuse, et permet d’éviter la pénétration de l’encre dans le papier, rendant également le globe plus solide au toucher. Etant une première version et ne comportant pas de table d’horizon, il sera actualisé en 1510 et deviendra un objet capable d’être étudié et d’avoir un intérêt scientifique.

martin behaim

L’INNOVATION DYNAMISE LE MARCHÉ DES GLOBES TERRESTRES

La gravure vient couronner le tout

En plus de pouvoir obtenir des cartographies plus précises, l’Allemagne et les Pays-Bas (premiers producteurs de globes) vont également innover sur le marché avec la gravure en cuivre qui va valoriser la qualité des globes. Pour illustrer ces globes vous pouvez voir ceux de Gerard Mercator ci-dessous.

La popularisation des globes terrestres aura été dynamisée par Louis XIV qui promouvait la recherche scientifique et les objets qui s’y rattachent. Cette volonté de rayonner de Louis XIV et la création de l’Académie royale des sciences en 1666 ont également favorisé la mise à jour cartographique des globes. Les globes commencent donc à se voir de plus en plus pertinents d’un point de vue scientifique et donc éducatif. Il faut savoir qu’il était courant que les fabricants de globes assurent un service après-vente en fournissant des éléments de cartes à leurs clients pour ajouter les nouvelles découvertes à leur globe terrestre. Et oui, à l’époque, nous ne savions pas tout ce que nous savons aujourd’hui sur la cartographie terrestre, et chacun n’avait pas les moyens de remplacer leur globe à chaque mise à jour. La gravure va apporter une réelle plus value aux globes qui vont se voir d’une qualité supérieure et va permettre l’émergence des plus beaux globes de l’époque. Parmi ces plus beaux globes, nous pouvons retrouver la paire réalisée par Nicolas Delisle qui n'est nul autre que l’élève du célèbre Cassini, qui aura lui-même mis au point la première carte topographique et géométrique. C’est à cette époque que les globes ont commencé à se commercialiser comme objets de « standing », permettant à leurs commanditaires de mettre en avant leur richesse à travers la qualité de ceux-ci et surtout la qualité du support. Cependant, des globes sont également accessibles à de plus petits portefeuilles.

Les imprimeries font le succès des globes terrestres

Les globes terrestres vont connaître un tournant significatif durant le XVI siècle, lorsque la fabrication de ceux-ci sera possible grâce à l’émergence des premières imprimeries. Plus qu’une simplification de la production permettant aux globes de se voir fabriquer en plus grandes séries, cela aura pour effet de faire baisser leur prix, et donc d’être de plus en plus « tout public ». Les premières imprimeries vont faciliter la réalisation de la cartographie, mais également celle de la coque. C’est également l’actualisation des globes par les fabricants qui va dynamiser le marché, ce qui entraînera une forte intensité concurrentielle en raison de la rapidité à laquelle les découvertes cartographiques sont faites au cours du XVIIIe siècle. Chacun souhaite donc avoir le globe le plus récent, ce qui demande aux fabricants d’être à l’affût des évolutions du marché. Cela va bien entendu avoir un impact sur une partie du marché puisque l’obsolescence des globes implique une qualité moindre, qui leur apporte une faible durée de vie à cette époque.

LA FABRICATION INDUSTRIELLE DES GLOBES TERRESTRES

Les techniques de fabrication industrielles vont continuer à permettre aux fabricants d’augmenter la cadence de production de ceux-ci. En effet, les fabricants seront en mesure d’en fabriquer jusqu’à 6000 grâce à l’élaboration des globes à partir de coques en carton qui prennent forme grâce à un pressage sous vide. De plus, bien que la pertinence scientifique des globes fut un facteur clé de succès de ces produits à l’époque, la fabrication peu onéreuse qui émerge de la fabrication industrielle va dépourvoir ces globes de tables d’horizon, de compas, et autres instruments de mesure appliqués aux globes à l’époque. L’industrialisation a également entraîné l’utilisation de techniques de moulage pour créer la coque des globes terrestres, ce qui facilite davantage sa construction et permet de standardiser la qualité de ceux-ci tout en faisant baisser les coûts. Bien que le XIXe siècle sera marquer par l’émergence des globes low-cost, il élargira également les globes à une cible enfantine à travers la production de globes type parapluie et gonflable, qui feront le plaisir des cours de géographie. Cependant, les globes terrestres les plus prestigieux sont encore aujourd’hui fabriqués avec des processus plus traditionnels et surtout manuels. Globes bar, globe en cristal ou globes classiques, nombreux sont ceux qui présentent encore une qualité des plus appréciable. Cependant, beaucoup sont encore réalisés en petites séries, ce qui justifie des prix souvent très élevés.

fabrication globe terrestre

LA FABRICATION DU GLOBE TERRESTRE THESTELLARLAB

Le globe terrestre TheStellarlab est un globe des plus innovants. Dépourvu des villes, pays ou encore noms des océans qui parsèment notre planète, le globe TheStellarlab s’appuie sur une représentation plus « brute » de la terre. Doté de reliefs en surface, ce globe terrestre a pour particularité de vous permettre de parcourir les reliefs de notre planète et d’apprécier certains détails comme la bathymétrie terrestre. Vous retrouverez également les couleurs spécifiques à notre planète bleue, tout en prenant en compte que la bathymétrie entraîne des variations de bleus (en fonction de la profondeur des mers et océans, le bleu sera plus ou moins foncé).

Fabriquer un globe terrestre grâce à l’impression 3D

Loin des processus habituellement utilisés pour fabriquer des globes à ce jour, la fabrication des globes terrestres TheStellarlab s’appuie sur l’utilisation des technologies d’impression 3D industrielles, à savoir le CJP 3D printing. Cette technologie a pour particularité de proposer l’impression d’un objet en une pièce, et ce, en couleurs réalistes. Le globe voit le jour à travers une poudre de céramique qui imprime le globe couche par couche. Des jets d’encre similaires à une imprimante classique vont ensuite laisser apparaître les couleurs de la planète ou du corps en question.

Fabriquer un globe terrestre TheStellarlab nécessite un modèle 3D parfait !

Les enjeux de la fabrication des globes terrestres TheStellarlab ne résident pas uniquement dans les processus d’impression, mais résident avant tout dans l’élaboration d’un modèle 3D. Réalisés à partir des données de l’agence spatiale américaine (Nasa), nos globes assurent une fiabilité totale et une pertinence pour l’apprentissage scientifique comme pour votre décoration. C’est après avoir modélisé une base que nous pouvons ajuster les reliefs afin de rendre les détails visibles et pertinents à l’œil nu.

Le globe terrestre portable par excellence !

Par leur taille relativement modeste et le fait qu’il est indépendant de son socle, le globe terrestre TheStellarlab est en mesure d’être utilisé n’importe où et à n’importe quel moment. Cela permet d’avoir un globe décoratif que vous pouvez également utiliser comme support éducatif chez vous ou encore dans une salle de classe. Le globe terrestre TheStellarlab est donc une très bonne alternative pour apporter une nouvelle façon d’aborder l’apprentissage de notre terre avec un globe, les globes « classiques » se voyant proposer les mêmes spécificités.

globes-terrestres


Découvrez nos globes